Conférence du colonel Salvador, ex-commandant de la garde républicaine, le samedi 13 octobre

Le colonel Salvador, ex-commandant de la Garde Républicaine, donnera une conférence samedi 13 octobre 2018 à 18h30 au château de Trélon.

Titre de la conférence : de l’influence des unités montées sur le protocole étatique.

Résumé :

L’interculturalité peut s’exprimer en de nombreuses façons. Parmi les plus originales, figure le protocole de l’Etat, c’est-à-dire l’ensemble des règles en matière d’étiquette, d’honneurs et de préséance dans les cérémonies officielles d’un pays. Si le protocole s’attache à définir un classement des corps et des personnalités, le cérémonial, quant à lui, fixe le décorum des solennités.

Dans de très nombreux pays, peut-être parce que le cheval lui confère une noblesse inégalée, le signe le plus ostentatoire d’une visite officielle reste l’escorte du souverain ou du chef d’Etat par une unité de cavalerie. Aussi paraît-il intéressant d’étudier, de façon non exhaustive, différentes unités assurant cette double mission d’honneur et de sécurité, chacune d’elles représentant un patrimoine vivant au travers de son histoire, de son uniformologie, de ses chevaux, et répondant à des rites et à des codes qui lui sont propres.

Mais, selon la formule du général SOULT,  » l’équitation n’est pas tout dans la cavalerie, mais rien ne serait sans elle. » L’interculturalité se décline donc à l’aune des différentes cavaleries. La place du hunter irlandais n’a pas grand chose à voir avec le cheval lusitanien de la garde nationale républicaine portugaise. L’habitude au maniement du sabre ou de la lance, à un environnement urbain hostile, à un revêtement agressif restent autant de défis qu’un dressage bien conduit pourra relever.

Enfin, en guise de clin d’oeil, il est amusant de constater que la séparation de l’église et de l’Etat intervenue en 1905 n’a pas empêché le protocole de perdurer dans les églises et d’afficher publiquement des us et coutumes issues du Moyen-Age.

L’auteur :

Colonel de gendarmerie, Jean-Louis SALVADOR a effectué la majorité de sa carrière au sein du régiment de cavalerie de la Garde Républicaine qu’il a commandé de 2000 à 2005. Son goût prononcé pour l’histoire et les traditions de l’Arme l’a naturellement désigné pour occuper le poste de délégué au patrimoine culturel avant de présider le musée de la gendarmerie depuis 2015. Auteur de plusieurs ouvrages, il intervient régulièrement à l’occasion de colloques traitant de l’histoire de la gendarmerie et de l’emploi des chevaux militaires.

Renseignements :

Renseignements : 07 69 25 17 42

Contact presse : Simon Le Boeuf – simon@chateaudetrelon.com

Château de Trélon, 10 place de la piquerie, 59132 Trélon